Collection Jacques et Yvette Kupelian I


Lot n° 1002

Tatra T87 (1936-1951).
La Tatra T87 d' Yvette et Jacques Kupélian. Amoureux et fins connaisseurs de la marque, le couple fait l'acquisition de cette Tatra à la fin des années 60 . Une facture atteste la date du 25 mai 1968 pour une Tatra au moteur numéroté 222013 mais erronément millésimée de 1939 achetée à monsieur Coorevits à Hoeilaart pour la somme de 500 francs . Le carnet d'immatriculation belge qui l'accompagne nous apprend qu'elle avait été achetée comme modèle 1947, le 4 mai 1948 aux établissements Gilbert, concessionnaire de la marque chaussée de Waterloo dans le quartier Bascule à Bruxelles. Elle est ensuite immatriculée au nom de la Sprl Acelmec, avenue de la Couronne à Ixelles puis Rue Georges Huynen à Hoeilaart . Elle porte alors l'immatriculation 53 J 13. La plaquette constructeur qui accompagne le carnet mentionne une cylindrée de 2960 cm3 et un numéro 69260 correspondant au carnet. L'examen de la carrosserie révèle sur différents éléments ( Capots avant et arrière, traverse ) un numéro estampé concordant : 550375 . Equipée à l'origine d'un bloc 8 cylindres numéroté 222013 , Jacques et Yvette se plaignent en 1980 du mauvais état de celui-ci et prennent contact avec le garage Raffayr à Hambourg qui dispose d'un moteur de rechange qu'ils acquièrent le 7 mai 1980 pour la somme de 750 Deutsche Mark. C'est ce moteur du même type que celui d'origine (référence ST34) qui se trouve aujourd'hui dans la voiture. Nous pensons que Jacques et Yvettes n'ont que peu ou pas roulé avec cette Tatra, entamant une patiente restauration aujourd'hui inachevée . La carrosserie gris argent avec toit ouvrant pratiquement sans rouille ni corrosion présente une peinture fort fatiguée , le moteur semble avoir été totalement reconditionné, passages de roues , planchers et trains roulants ont été décapés , repeints ou reconditionnés. L'intérieur regarni de cuir rouge . Produite à environ 3.000 exemplaires (3023 ou 3056 selon les sources) entre 1936 et 1951 dont beaucoup ont été détruits (Seconde guerre Mondiale, performances et tenue de route demandant de la maitrise...) les T87 sont fort rares sur le marché des automobiles de collection, l'exemplaire du couple Kupélian retrouve aujourd'hui la lumière après 54 années dans la pénombre d'un garage. Elle se cherche un nouveau propriétaire sachant apprécier sa singularité et lui redonner l'éclat des années 30/40 . Note : le bloc moteur original 222013 (hors d'usage) , accompagne la voiture et sera remis à l'acquéreur. Lancée en 1936 par le constructeur tchécoslovaque la T87 est l'aboutissement de recherches visant à révolutionner l'automobile entamée avec la très confidentielle T77. Ses concepteurs sont Hans Ledwinka (1878-1967) qui la considère comme son chef d'oeuvre, l'aérodynamicien hongrois Paul Jaray ( 1889-1974 ) ayant oeuvré sur la conception des Zeppelin et l'ingénieur Erich Ubelacker (1899-1977) qu imagine une automobile où la fonction prime sur la forme dans l'esprit du Bauhaus . Mue par un puissant moteur v8 refroidi par air et disposé à l'arrière pour dégager l'espace maximum aux occupants, la T87 reçoit une robe très pure et très travaillée à la fois, totalement nouvelle pour l'époque faisant disparaitre tout le vocabulaire des carrosseries de l'époque (ailes saillantes, marche-pieds, lignes droites, malle arrière..) au profit d'une ligne dépouillée à la poupe singulière traversée d'un aileron. La T87 devance alors en la matière la nouvelle Citroën Traction ou la Chrysler Airflower qui avaient, elles aussi, mis en pratique de nouvelles conceptions. Très bien construite, puissante et chère , la T87 s'adresse à une élite qui lui réserve bon accueil . L'annexion par l'Allemagne du territoire des sudètes puis la guerre mettront l'usine sous contrôle de l'envahisseur qui voit d'un mauvais oeil la marque tenter de développer des voitures entrant directement en concurrence par son architecture et ses formes avec la VW coccinelle alors en gestation , un long procès entre Volkswagen et Tatra s'en suivra après guerre au bénéfice de la marque tchèque. Après guerre le modèle est reconduit, pratiquement sans modification pour les millésimes 46 et 47 qui présentent toujours les trois phares avant proéminents, mais cette fois au diamètre identique , en 48 ceux-ci sont intégrés à la face avant et la motorisation évolue, en 1951 le modèle est arrêté définitivement. Produite à environ 3.000 exemplaires les T87 furent parmi les plus rapides voitures de leur temps, épaulées par une aerodynamique très bien étudiée, leur puissant v8 les emmenait facilement à 160 kilomètres à l'heure sur les rares autoroutes de l'époque au prix d'une consommation raisonnable à condition de maitriser leur tenue de route particulière née de leur architecture "tout à l'arrière" . Beaucoup de conducteurs trop sûrs d'eux en feront l'expérience dont de nombreux officiers allemands ayant réquisitionnés des T87 durant la guerre à tel point qu'elle portera durant ces années le surnom de "Nazi Killer". Plus tard, la paix revenue, Vw coccinelle et Porsche 356 puis 911 connaitront le succès que l'on sait sans que leur conducteur ne sache souvent ce que leur monture doit à Ledwinka et ses Tatra.

Estimation € 40.000,00/€ 50.000,00

×

Veuillez définir votre offre maximale